Une cape en lainage

Temps de lecture : 4 min

Je sors enfin de mon hibernation, pour vous parler d’un projet réalisé au mois d’octobre dernier, très peu de temps après ma seconde session de formation au modélisme (dont la première semaine avait été présentée par ici). A la fin de ce second séjour, Marie-Emilienne nous a parlé d’un projet sur lequel elle était entrain de travailler : une cape en cercle, avec un col plat et des poches insérées dans des découpes sur le devant. Lors de notre conversation, elle nous a proposé de nous envoyer le patron, afin que celles qui le souhaitent, puisse le réaliser et lui faire un retour avant la sortie du modèle. Si je me souviens bien, entendre Marie-Emilienne parler de la création de ce modèle a attiré ma curiosité et m’a donné envie de le coudre. J’ai donc mis de côté mes projets en cours et me suis lancée dans cet exercice.

– Les fournitures –

J’ai eu envie de réaliser cette cape dans un lainage gris à motifs chevrons. Ayant été satisfaite du vieillissement du lainage 100% polyester utilisé par ici, j’ai choisi un coupon provenant de Mondial Tissus, dont la composition me semblait similaire (quoiqu’un peu plus souple). J’ai eu besoin d’un métrage de 1m80 en l.1m50 (T38).

L’empiècement du col a été réalisé en simili cuir noir (à priori, j’ai eu besoin d’ajouter un peu de difficulté à ce projet… rendez-vous dans le paragraphe suivant 😉 ). Pour la doublure, j’ai eu envie de jouer les contrastes : j’ai choisi un voile de coton de couleur brique, trouvé également chez Mondial Tissus. J’ai eu besoin de 1m50 en l.1m50 (T38).

– Le modèle –

Il s’agit du modèle I am Harry des patrons I am patterns. Ce patron de cape est entièrement doublé et se ferme sur le devant, à l’aide de 4 boutons.

L’assemblage m’a semblé plutôt simple. J’ai trouvé que la partie la plus délicate était l’assemblage du col, – dont la ligne de couture est arrondie -, mais les crans de montage aident vraiment à bien positionner les pièces entres elles. Il est également probable que l’utilisation d’un simili cuir, particulièrement glissant, n’a pas facilité le montage. Pour marquer l’extrémité du col, j’ai réalisé une surpiqûre en utilisant mon pied à double entraînement. Le col a également été entoilé sur un côté pour assurer un meilleur maintien.

Autre point : il est recommandé de coucher les coutures d’assemblage d’un côté seulement. Etant donné l’épaisseur de mon tissu (et aussi pour mieux gérer les surépaisseurs lors de l’assemblage du col), j’ai préféré ouvrir toutes les coutures, les dégarnir aux extrémités, et les ai surpiquées pour les maintenir ouvertes.

Concernant les boutonnières, je n’ai pas tenté de mettre celle positionnée au niveau du col, de peur d’abîmer mon simili. J’ai également un peu appréhender la réalisation des autres boutonnières, n’en ayant jamais posé sur ce type de tissu. Mais finalement en faisant un essai au préalable sur une chute, je me suis rendue compte que ma petite Brother avait quelques ressources. 🙂 Je n’ai pas rencontré de difficultés particulières, ce qui me permet d’envisager plus sereinement d’autres projets du même type utilisant des boutonnières.^^

Enfin, étant donné la surface de la cape, j’ai préféré glacer les coutures au niveau des épaules et de la couture dos. L’idée était aussi d’éviter d’avoir cette sensation de doublure qui « tombe » et qui se voit sur l’endroit.

– Les modifications effectuées –

J’ai eu envie de souligner les découpes devant en ajoutant une bande noire tout du long. Au départ, j’ai été tenté d’utiliser du simili, mais j’ai vite changé d’avis, trouvant plus simple (pour un résultat similaire) de couper des bandes dans le droit fil du tissu de la doublure des poches. J’ai plié les bandes en deux dans le sens de la longueur et les ai positionné entre la pièce principale du devant et la poche.

Pour maintenir la bande couchée vers l’arrière, j’ai ajouté une surpiqûre qui court tout du long, sauf au niveau de l’ouverture des poches (car sinon cela les aurait refermées :-)). Il existe certainement une technique permettant de continuer les surpiqûres sur les poches, si vous avez une idée, cela m’intéresse ;-).

Autres modifications effectuées : en mesurant le patron, j’ai trouvé que la cape était un peu courte à mon goût (je mesure 1m66). J’ai préféré la rallonger de 2,5cm pour me sentir plus à l’aise dedans. En faisant cette modification, cela a également joué sur l’ampleur de la cape et sur la longueur au niveau des bras. Ce tout dernier point ne me gêne pas au contraire, je trouve que mes bras sont plus couverts.

Me voici arrivée à la fin de cet article de reprise. Ce fut un exercice intéressant de tester ce modèle. Cela demande un peu plus d’organisation, pour faire un retour le plus précis possible, mais bien moins que je ne l’avais envisagé au départ. L’avantage de ce test est qu’il m’a permis de rédiger facilement cet article, plus de 4 mois après la réalisation de ce modèle, étant donné les notes et photos prises.^^ D’une manière générale, il faudrait vraiment que je prenne cette habitude de noter, cela me permettrait de réduire le temps d’écriture de mes articles et peut-être, qui sait, en écrire davantage. Il y a tellement de projets que je ne présente pas par ici, faute de temps…

Concernant le modèle, même si j’aime bien le rendu final, je ne suis pas hyper à l’aise dans ce genre de vêtement très ample. J’ai du coup préféré offrir cette cape à ma petite sœur, qui attend un heureux événement et dont l’ampleur de la cape pourrait justement lui être bien utile.^^

A très vite, promis 😉

8 Comments

Add Yours →

Merci beaucoup! Si ma mémoire est bonne, la cape a été conçue dans ce but par la créatrice^^ Je suis contente d’avoir réussi à trouver un lainage qui permet de mettre en valeur cette caractéristique^^

C’est une très jolie cape ! Ca rend très bien d’avoir souligné les coutures avec un liseré noir.
Mais je n’en coudrai pas pour moi, j’ai trop peur des courants d’air 😉

Laisser un commentaire