Un patron à taille personnalisée

Temps de lecture : 6 min

Je suis heureuse de revenir aujourd’hui vous parler du sujet sur lequel je travaille depuis quelque temps et que j’avais commencé à aborder par ici.

En début d’année, je me suis demandée dans quel projet j’aimerai investir un peu de temps. Après réflexion et en analysant les différentes étapes de réalisation d’un vêtement, un axe m’a semblé particulièrement intéressant à creuser : simplifier le choix de la taille et la phase d’ajustement d’un patron, souvent source d’interrogations.

– Un point de départ –

Les 2 premiers patrons que j’ai réalisé, se basent sur une douzaine de points de mesures standards, définissant un type de morphologie particulier. Il suffit qu’une ou plusieurs mesures ne correspondent pas aux mesures réelles d’une personne, pour qu’il y ait un risque que le patron ne soit pas ajusté correctement, même quand le tableau des tailles a bien été respecté. Par exemple, si je reprend le modèle du T-Shirt à encolure bateau, la longueur d’épaule est une mesure importante, car l’encolure est assez large. Le résultat peut être différent entre une personne ayant des épaules étroites et une autre ayant des épaules un peu plus large.

Nous pourrions avoir le même type de constat pour d’autres mesures, comme par exemple la longueur du buste, la largeur de bras ou encore la carrure. En prenant un peu de recul, je me suis demandée combien de personnes arriveraient, finalement, à utiliser mes patrons sans avoir besoin de les retoucher, pour qu’ils leur aillent vraiment et surtout correspondent aux proportions que j’avais choisi pour ces modèles. Il me semble que ce nombre serait plutôt réduit, étant donné qu’il existe une multitude de morphologies. Même si bien entendu, on peut être satisfait d’un patron qui ne correspond pas tout à fait à notre morphologie, je me suis demandée si partir systématiquement sur des mesures standardisées était réellement ce qui me convenait le mieux dans le développement d’un patron. Ayant goûté à la réalisation de vêtements sur-mesure (construit à partir de mon buste de base), j’ai pu voir le confort apporté par un vêtement ajusté à ma morphologie. Il m’a semblé alors dommage de ne pas mettre en avant ce potentiel de personnalisation, qu’offre la couture au niveau taille, et de se restreindre, comme dans le prêt-à-porter, à des tailles standardisées.

C’est ainsi que l’envie de travailler un patron, avec une taille unique (seulement celle, pour qui le patron est destiné) s’est imposée. J’avais en tête de proposer un patron personnalisé, qui serait généré en fonction des mesures réelles les plus variables, et que se situerait à mi-chemin entre les patrons à tailles standardisées et les patrons sur-mesure (ces derniers nécessitant généralement plusieurs retouches avant d’être parfaitement ajustés). Pour le nommer, j’ai choisi d’utiliser le terme de patron « préajusté ». Je ne sais pas si c’est le meilleur terme pour décrire ce type de patron, je n’ai, pour tout vous dire, pas pris le temps de chercher mieux. Mais, si de votre côté, vous connaissez une autre désignation, n’hésitez pas à la mentionner. 🙂

Pour en revenir à cette alternative, elle me semblait intéressante sur plusieurs aspects, aussi bien au niveau de la phase de développement du modèle, que lors de son utilisation. En effet, il m’a semblé qu’en partant sur un patron basé sur des mesures réelles, je pourrai limiter le nombre de variables et donc tirer plus facilement des conclusions lors des différentes phases de tests, et par la suite, apporter une meilleure aide aux utilisateurs, en cas de problème lors de la réalisation. De plus, du côté utilisation, l’avantage de ce type de patron est la réduction du nombre d’étapes : il n’est plus nécessaire de choisir sa taille et la phase d’ajustement est plus courte, voir non nécessaire dans certain cas. Et bien entendu, comme évoqué plus haut, le modèle ne sera plus restreint à un seul type de morphologie. Par ailleurs, il est évident qu’en passant sur des patrons personnalisés, la quantité proposée serait plus réduite (et non instantanée), mais l’idée de faire mieux, plus lentement et en moins grande quantité ne me déplaît pas, bien au contraire.

– Un sondage –

En face de ces avantages, il y a également beaucoup d’interrogations notamment sur le développement et la commercialisation de ce type de patrons. L’investissement en temps me semblait bien plus conséquent qu’un patron à taille standardisée. C’est pourquoi, avant d’aller plus loin, j’ai eu besoin de vérifier plusieurs hypothèses, car finalement je me basais pour le moment seulement sur mes différentes expériences et échanges avec d’autres couturières.

En parallèle de ce projet, j’avais justement envie d’en connaître davantage sur les difficultés et l’intérêt porté aux différentes étapes de la création d’un vêtement. J’ai donc réalisé un sondage sur ce sujet, qui m’a permis d’apporter des premiers éléments de réponses.

Je vous livre ici une partie des résultats obtenus, suite aux retours.

Le graphisme ci-dessus montre le niveau de difficulté de chaque étape, évalué par 120 personnes, ayant déjà réalisé des vêtements (total en vert). D’après ce graphisme, les étapes, qui semblent les plus difficiles, sont les 2 suivantes :

  • Pré-ajustement : regroupe toutes les modifications du patron réalisées avant de couper le vêtement final, réalisation d’une toile, ajustement poitrine/stature…
  • Ajustement : regroupe l’ensemble des ajustements réalisés après l’assemblage du vêtement final.

En réalisant des catégories en fonction du niveau de chaque personne interrogée, j’ai pu constaté que les difficultés rencontrées restaient globalement les mêmes, que l’on ai cousu 5 ou 50 vêtements.

Bien entendu, je ne sais pas si ce sondage est représentatif de la réalité. Mais je pense qu’il reflète au moins une tendance, car il n’y a que très peu d’évolution entre la 40ième et la 120ième personne interrogée.

Cette partie du sondage m’a ainsi rassurée : travailler sur la simplification de la phase d’ajustement pouvait avoir un intérêt. Il restait, maintenant à voir, si un patron préajusté pouvait être une réponse à cet axe de travail.

– Un patron test et des ateliers –

Par la suite, j’ai eu envie de me lancer dans un premier exercice de patron préajusté, histoire de vérifier si cette idée serait à première vue réalisable ou non. Je voyais aussi ce projet, comme un bon moyen de m’exercer aux ajustements sur différentes morphologies.

Sans rentrer dans les détails, voici les grandes lignes de ce travail :

J’ai tout d’abord retracé entièrement le buste de base, en intégrant systématiquement des fonctions à plusieurs inconnues prenant en compte les mesures variables. Puis j’ai choisi un modèle simple (avec peu de pièces), que j’ai patronné en utilisant mon nouveau buste de base.

Le modèle que j’ai sélectionné, est un basique de notre garde-robe : un T-Shirt. J’ai eu envie de travailler une version avec une encolure ronde et des revers aux manches.

J’ai ensuite réalisé plusieurs tests en utilisant les mesures réelles de différentes morphologies (tour de poitrine de 80 à 120cm). J’ai profité de ces tests, pour réaliser de nouveaux ateliers en compagnie de mes cobayes :-), comme j’avais pu le faire lors de la création du T-Shirt à encolure bateau. En plus du plaisir à partager un bon moment couture (et par la même occasion montrer à des non-initiés que tout le monde peut coudre ;-)), cela m’a permis de tester l’utilisation de ce modèle et aussi de vérifier la gamme de montage.

Même si plusieurs points ont du être rectifiés en cours de route, je suis très heureuse d’être arrivée à un résultat, qui semble, à première vue, fonctionner. Si je compare avec mes précédents ateliers, j’ai trouvé l’organisation bien plus simple en utilisant un patron préajusté.

Je vous partage ci-dessous quelques photos de deux de mes cobayes, avec les T-shirts, qu’elles ont elles-mêmes cousu (Bravo les filles! :-)).

Et parce que je trouve l’analyse des patrons très intéressante, je vous partage aussi la pièce devant de ces 2 T-Shirts, par rapport à la taille standardisée que nous aurions choisi si nous étions parties sur un patron standard. Les filles ont un tour de poitrine à peu près similaire, mais leur stature est très différente, ce qui a un impact important à différents niveaux, comme par exemple au niveau de l’entournure.

– Un nouveau patron : Un T-Shirt à revers –

A la fin de cette étape, j’ai eu envie d’aller plus loin, histoire de répondre à d’autres interrogations, dont les plus importantes étaient de mesurer le temps de traitement de chaque commande et surtout de vérifier que je prends bien plaisir à réaliser ce type de prestation. Pour cela, j’ai choisi de proposer à la vente ce patron de T-Shirt à taille pré-ajustée.

Pour le rendre commercialisable, j’ai créé la notice explicative, ainsi que le processus pour commander ce type de patron. J’ai essayé de faire le plus simple possible :

1/ Achat du patron

2/ Réception de la notice avec lien vers un formulaire détaillé et illustré pour simplifier la prise de mesures

3/ Prise de mesure et envoi du formulaire

4/ Réception de la planche patron au format A4 sous un délai de 3 à 4 jours

Lors de la commande, il est possible de personnaliser les marges de couture (assemblage et ourlet). Par ailleurs, comme il n’y a plus qu’une taille sur la planche patron, j’ai choisi d’ajouter les lignes de coutures, en plus des lignes coupes, afin de pouvoir modifier plus facilement le patron, si besoin. J’ai également essayé de trouver un moyen, pour que le nombre de pages s’ajuste en fonction de la taille des pièces. Et comme mon précédent patron, j’ai ajouté une pochette de rangement.

Si cela vous tente de participer à cette étape et de recevoir votre T-Shirt à taille personnalisée, je vous donne rendez-vous sur ma boutique Etsy, où je mets en vente à petit prix ce modèle (attention, pour l’instant, le stock est limité). Point important : ce patron a été testé pour des tours de poitrine compris entre 80 et 120cm. Si vous souhaitez recevoir un patron se situant en-dessous ou au-dessus de ces valeurs, il est préférable de me contacter avant de passer commande.

Et bien me voici arrivée à la fin de cet article. A l’heure actuelle, difficile de dire, où ce travail me mènera, il reste encore tant de points d’interrogation. On verra bien. Quoiqu’il en soit, le fait de prendre le temps d’écrire à ce sujet me permet de me rendre compte, que mine de rien, j’avance petit à petit, et surtout que cet axe me permet d’explorer une nouvelle façon de coudre et de développer un patron, qui forcément au bout du compte me fera progresser. J’ai un peu hésité, avant de vous partager une partie de ma réflexion, mais cela est important pour moi et m’aidera à avancer dans la bonne direction, j’en suis certaine. 🙂

Au plaisir d’échanger avec vous sur ce sujet,

A très vite!

3 Comments

Add Yours →

Bonjour,
Je trouve la réflexion très intéressante.
Par contre, j’aurai préféré que le test soit réalisé sur un modèle en tissu chaine et trame et pas sur un jersey.
Je passe donc mon tour mais je reste attentive à vos tests car l’idée me plait bien.
Bon courage.
CL

Quel travail ! Mais je suis certai e que tu réponds aux attentes de nombreuses couturières amateurs, notamment pour celles qui n’ont pas des mensurations standards. Merci pour tout ça

Laisser un commentaire